Notre karité :
origine, qualité, parcours et savoir-faire local de notre coopérative.

Le Karité, « l’arbre sacré »

Le Karité ou Vitellaria paradoxa syn Butyrospermum parkii, est un arbre majestueux qui croit à l’état sauvage dans une vingtaine de pays, du Sénégal jusqu’en Ethiopie. Il peut mesurer plus de 15 mètres et le diamètre de son tronc peut facilement excéder 1 mètre.

Il lui faut 15 à 20 ans pour produire ses premières fleurs et jusqu’à 50 ans pour atteindre sa pleine maturité. Il offrira ensuite ses fruits pendant 200 à 300 ans, ceci explique qu’en langue mandingue, Karité veut dire « vie ».

Le karité pousse fièrement parmi les Baobabs et les Nérés.

L’arbre va produire des noix et c’est à partir de ces dernières que les femmes vont extraire le beurre de Karité.

La production du Beurre de Karité, une expertise féminine

Les paysannes se rendent dans la brousse entre la mi-juin et la mi-septembre pour ramasser les fruits tombés au sol. 

Les fruits sont débarrassés de leur pulpe pour ne garder que la noix dont on récupère l’amande. Chaque amande contient de la matière grasse. les amandes sont triées, lavées et séchées au soleil puis concassées et torréfiées. Une fois torréfiées, les noix sont moulues jusqu’à l’obtention d’une pâte épaisse et brune, celle-ci est malaxée vigoureusement à la main avant d’être mélangée à de l’eau pour être barattée.

L’immersion dans de l’eau bouillante va permettre de séparer le beurre des autres composants de l’amande, notamment les impuretés qui vont se déposer au fond du récipient. Le barattage permet aux particules grasses de s’agglomérer. Le beurre flottant à la surface est alors récupéré et de nouveau malaxé avant d’être cuit longuement dans de grandes marmites afin de permettre à l’eau de s’évaporer et aux impuretés de se déposer.

L’huile obtenue sera filtrée à plusieurs reprises avant d’être conditionnée. Refroidit, l’huile se solidifie pour former le Beurre de Karité.

1°) La récolte des fruits de karité s’effectue de juin à août. Il est important de laisser le fruit tomber seul de l’arbre avant de le ramasser, ceci pour réduire l’acidité du beurre de karité. Seules les amandes non germées sont ramassées.

Les femmes ont ensuite un délai de 3 jours pour bouillir les fruits (pendant 15/20 minutes)

2°) Ensuite les fruits sont séchés au soleil. Les femmes vérifient la qualité du séchage en secouant le fruit régulièrement, si l’amande est bien sèche, un bruit se fait entendre. Cette technique permet à la noix de quitter naturellement la coque.

3°) Ces noix sont alors chauffées dans une barrique pendant 20 minutes

4°) Les femmes vont ensuite piler ces noix encore chaude, ceci jusqu’à l’obtention d’une poudre.

5°) Cette poudre est alors travaillée dans un moulin traditionnel, l’arrosage de celle-ci permet l’obtention d’une pâte. Cette pâte est battue à la force des bras, elles vont y incorporer une quantité importante d’eau, ce qui va permettre au beurre de s’extraire de la pâte et de rester en surface.

6°) Le liquide obtenu est chauffé, de façon naturel le beurre va se retrouver en surface.

7°) Les femmes vont alors récupérer directement sur le feu le beurre de karité à l’aide d’une calebasse et le filtre ensuite

8°) Après une nuit de repos, le beurre est de nouveau chauffé afin que les derniers déchets se déposent au fond du réceptacle. Le beurre est alors récupéré, mis dans un récipient dans lequel il refroidira.

PS 5

Cette technique de production artisanale permet d’obtenir un beurre  pur et naturel, qui  conserve toutes ses qualités et ses bienfaits.

Un grand merci à nos petites Mamas !

PS 3
Fermer le menu
×
×

Panier